auxaguets

 Exposition « Aux aguets »

Mathieu Andreï, Myriam Chaïeb, Alain Declercq, Claude Faure, Jakob Gautel,
Jérôme Glicenstein, Louise Guigi, Jason Karaïndros, Virginia
Mastrogiannaki, Marjorie Micucci, Yohann Quëland de Saint Pern,
Skall, Brigitte Zieger, Vincent Zucca

Les 27, 28 et 29 mai 2016 de 15h à 20h

Vernissage et concert samedi 28 mai à partir de 17h

 

Quand Valérie Boccanfuso m’a proposé d’imaginer une exposition dans sa « petite fabrique d’art », j’ai immédiatement pensé que ce lieu associatif minuscule pouvait contenir soit une exposition personnelle soit une exposition d’amis. Le choix était fait, j’ai remis ma casquette de curateur que j’ai porté depuis une quinzaine d’années avec tant de plaisir, dans les Grandes Galeries des Beaux-Arts de Rouen parallèlement à mon engagement d’artiste et de professeur.

Le premier titre auquel j’ai pensé était « Engagés », mais avec le double sens avec lequel ce mot résonne à mon
oreille grecque. L’être « engagé » comme l’artiste militant et l’expression « marcher engagés » comme marcher bras dessus bras dessous, sauf qu’en français ce deuxième sens n’existe pas.
« Aux aguets » alors, car avec la douzaine d’artistes que j’ai invités à cette exposition qui ne dure que 3 jours, nous partageons entre autres ce sentiment d’urgence et d’état d’alerte. Conscients des enjeux sociopolitiques de notre époque et du monde qui nous entoure, les questions du sens priment sur celles de la forme et des enjeux esthétiques, sans les négliger pour autant. Tout en évitant le piège des bonnes intentions qui font rarement des bonnes oeuvres, ces artistes ont ceci de commun, d’être des acteurs indignés et hyper créatifs à la fois ; plus à l’affut de questions que de réponses, dans la posture de ceux qui veillent, dans celle de guetteurs politiques, poétiques et plastiques.

Trois générations d’artistes vont se côtoyer. Ceux de ma génération ; l’écrivaine et poétesse féministe Marjorie
Micucci, le sculpteur baroque et performeur merveilleusement archaïque Skall, la vidéaste et sculptrice Brigitte Zieger qui aime magnifier et tordre les images/icônes de la petite et de la grande histoire, l’anti-héros Alain Declercq qui a l’art d’infiltrer, de détourner et de transformer les structures et les signes du pouvoir, Jérôme Glicenstein qui par ses écrits scrute en entomologiste les dessous du fonctionnement de l’art contemporain et sculpte discrètement les matières organiques, Jakob Gautel qui retourne malicieusement le gant des apparences pour nous dévoiler ce qu’on ne saurait voir, et moi-même.

Celle de jeunes artistes déjà très actifs ; Virginia Mastrogiannaki qui vit dans la Grèce en crise et qui avec ses installations et performances sait explorer avec brio autant les limites de la matière que celles du cerveau humain face à la course du temps, Yohann Quëland de Saint Pern qui vit à l’Ile de la Réunion et qui par ses installations, films et performances transforme les presque riens en gestes de résistance, et la sculptrice Louise Guigi qui bricole autant l’inframince que des dispositifs de survie loufoques.

Et celle de très jeunes artistes ; la vidéaste Myriam Chaïeb qui a l’art autant de percer les abîmes des âmes humaines que celles des systèmes de surveillance, Vincent Zucca qui avec ses installations pose un regard très aigu sur la géopolitique et l’économie actuelle, et enfin Mathieu Andreï, un romantique contemporain naviguant délicatement et dangereusement dans un monde de brutes.
J’ai eu la chance d’avoir ces six derniers comme étudiants.

« Aux aguets » est aussi une histoire d’amitiés.

A l’occasion de cette exposition, La Petite Fabrique invite le duo de musiciens Paul Péchenart et David Stygmate
pour un concert, le soir du vernissage après 21h. 

Et le dimanche 29 à 18h Marjorie Micucci fait une Lecture exposée : ma voix est un lieu d’exposition, poèmes extraits du recueil la baleine noire.

 


Jason Karaïndros, 2016

2016juin 032B

P1020175B